Baisse de libibo chez l’homme : que faire ?

La libido masculine est toujours surmenée, non ? Faux. Un homme sur cinq a une faible libido.

Faible libido est un terme utilisé pour décrire une diminution de la libido qui peut interférer avec l’activité sexuelle. Bien qu’un faible niveau de libido puisse causer des tensions dans une relation, favorisant le doute et la culpabilité chez les deux partenaires, il est souvent possible de le traiter si la cause sous-jacente est identifiée.

Une faible libido ne doit pas être confondue avec la disfonction érectile (DE), bien que les deux conditions puissent coexister. La communication et l’honnêteté sont nécessaires pour qu’un couple puisse faire face tout en identifiant les causes possibles. Le traitement peut varier et peut comprendre une psychothérapie, une hormonothérapie substitutive, des changements au mode de vie ou l’adaptation des pharmacothérapies.

La baisse de libido peut parfois être causée par un seul facteur, mais elle est plus souvent liée à de multiples facteurs qui contribuent chacun à leur façon. Parmi les causes les plus courantes, mentionnons le faible taux de testostérone, les médicaments, la dépression, les maladies chroniques et le stress.

Faible Testostérone

Un faible taux de testostérone (hypogonadisme) se développe généralement au fur et à mesure que l’homme vieillit, mais peut également affecter les hommes plus jeunes pour un certain nombre de raisons. La testostérone est l’hormone masculine essentielle au développement, à la force et à la libido. Si la testostérone totale tombe en dessous de 300 à 350 nanogrammes par décilitre (ng/dL), la libido masculine peut chuter, parfois considérablement.

Bien que la thérapie de remplacement de la testostérone puisse être utile pour rétablir la libido masculine, elle peut augmenter le risque de caillots sanguins et d’accidents vasculaires cérébraux chez les hommes présentant un trouble cardiovasculaire sous-jacent. L’apnée du sommeil, l’acné et l’augmentation mammaire (gynécomastie) sont d’autres effets secondaires courants.

Médicaments

Les effets secondaires des médicaments sont des causes fréquentes de faible libido chez les hommes. Il peut s’agir de classes entières de drogues qui peuvent affecter la libido d’un homme à des degrés divers. Les coupables courants sont les statines, les bêta-bloquants, les antidépresseurs, les antipsychotiques, les benzodiazépines et les anticonvulsivants.

Même les médicaments en vente libre comme le Tagamet (cimétidine) peuvent causer des problèmes s’ils sont pris pendant de longues périodes. L’arrêt ou le changement du médicament soupçonné peut renverser la situation, bien que cela ne soit pas toujours possible avec certains médicaments chroniques. Un ajustement de la dose peut également être utile.

Dépression

La dépression et la baisse de libido vont de pair. La dépression est souvent la cause d’une diminution de la libido, mais elle peut aussi en être la conséquence, aggravant une situation difficile. Bien que la psychothérapie puisse être efficace pour traiter la dépression, les antidépresseurs peuvent souvent exacerber plutôt qu’améliorer la perte de libido. Il est parfois utile de changer de médicament ou de réduire la posologie. Certains couples prennent également des doses après les rapports sexuels afin d’en minimiser les effets potentiels.

Maladie chronique

Les maladies chroniques peuvent avoir un impact sur votre libido, tant sur le plan physique que sur le plan émotionnel. C’est particulièrement vrai pour les affections pour lesquelles il existe une douleur ou une fatigue chronique, notamment la polyarthrite rhumatoïde, la fibromyalgie, le cancer et le syndrome de fatigue chronique.

En ce qui concerne les maladies chroniques et la perte de la fonction sexuelle, il y a rarement une ligne droite entre la cause et le traitement. D’une part, la maladie chronique est associée à un risque accru de dépression et, d’autre part, elle peut interférer directement avec les fonctions hormonales, neurologiques ou vasculaires essentielles à la libido masculine.

De plus, les médicaments utilisés pour traiter la condition chronique (comme la chimiothérapie ou les médicaments cardiovasculaires) peuvent directement affecter la libido masculine. Par conséquent, il se peut que votre médecin doive explorer la cause à la fois du point de vue de la maladie chronique et indépendamment de la maladie chronique. Dans certains cas, plusieurs médecins peuvent être nécessaires.

Stress et troubles du sommeil

Bien que le stress puisse nuire à l’intérêt sexuel en vous conduisant littéralement à la distraction, son effet sur la libido est plus insidieux. Le stress déclenche la production de cortisol, une hormone qui fonctionne un peu comme le système d’alarme intégré du corps. Le cortisol provoque non seulement la constriction des vaisseaux sanguins, contribuant à la DE, mais il peut aussi provoquer une chute précipitée de la testostérone.

Le stress est également lié à l’insomnie et à d’autres troubles du sommeil, ce qui peut augmenter le risque de fatigue et vous rendre moins intéressé par le sexe. Il existe même des preuves qu’un taux élevé de cortisol peut augmenter le risque d’apnée obstructive du sommeil (AOS), une condition associée à la réduction de 10 à 15 % de la testostérone pendant la journée.

Le traitement peut comprendre des techniques de gestion du stress, l’utilisation d’une pression positive dans les voies respiratoires et une meilleure hygiène du sommeil pour traiter des affections comme l’AOS et l’insomnie. Si le stress est associé à un trouble anxieux, des médicaments peuvent être nécessaires, dont certains (comme les benzodiazépines) peuvent augmenter la libido au lieu de l’atténuer.

Style de vie

Certains facteurs liés au mode de vie peuvent contribuer de façon significative à la baisse de libido chez les hommes. Il est plus facile d’y remédier en changeant ou en arrêtant simplement le comportement. Parmi eux :

Selon une étude réalisée en 2012 par l’Université du Texas Austin, le tabagisme augmente non seulement directement le risque de DE, mais aussi indirectement l’excitation sexuelle.

L’alcool, lorsqu’il est utilisé en excès ou au fil des ans, redirige les enzymes nécessaires à la synthèse de la testostérone des testicules vers le foie, ce qui réduit le taux de testostérone.

L’obésité affecte directement le métabolisme et la fonction hormonale, entraînant une réduction significative de la testostérone totale et libre. Par contre, l’exercice et la perte de poids améliorent non seulement l’humeur et les niveaux d’énergie, mais aussi la fonction sexuelle et l’image de soi.

Bien que les effets néfastes de ces comportements soient évidents, il n’est jamais sage d'”épingler” une faible libido sur un seul facteur de style de vie sans consulter d’abord un médecin pour explorer toutes les autres causes possibles.

Un mot de la rédaction

Si la perte de libido affecte votre relation, vous devez prendre des précautions supplémentaires pour éviter de vous blâmer vous-même ou votre partenaire. Au lieu de cela, vous seriez bien inspirés d’aborder les solutions en tant que couple, ni en les considérant comme “son” problème ou “mon” problème, mais plutôt comme un problème auquel vous participez tous les deux activement.

Cela exige une communication ouverte et honnête non seulement sur les symptômes physiques de la baisse de libido, mais aussi sur les symptômes émotionnels. Cela vous permet d’identifier le ou les médecins nécessaires pour diagnostiquer et, espérons-le, traiter la pathologie.

Il peut s’agir d’un endocrinologue, d’un urologue, d’un spécialiste des maladies chroniques, d’un psychiatre, d’un sexologue ou d’un autre professionnel de la santé. Il n’y a peut-être pas de solution rapide, mais, avec du temps et de la patience, une solution peut être trouvée.

En attendant, essayez de vous rappeler que la perte du désir sexuel n’est pas la même chose que la perte d’un désir d’intimité. Même lorsque vous êtes aux prises avec un dysfonctionnement sexuel, faites tous les efforts possibles pour établir une relation émotionnelle et physique. Ce faisant, vous pouvez tisser des liens plus étroits et même finir par renforcer votre relation.

Lire aussi : La taille du sex a-t-elle une importance ?

Baisse de libibo chez l’homme : que faire ?
4.3 (85.16%) 31 vote[s]