Couronne perlée du gland – Cause et traitement

Les hommes qui sortent de la puberté peuvent être confrontés à la couronne perlée du gland.
Il s’agit, avant tout, d’un phénomène physiologique. Il est naturel chez les hommes et ne présente pas de risques importants.
Cet article va se consacrer uniquement à cette pathologie qui touche les hommes. Vous allez y découvrir les causes et nous vous expliquerons les différents comportements à adopter.

Présentation physique de la couronne perlée du gland

La couronne perlée du gland se manifeste à travers des gonflements locaux sur la couronne du gland. Quand le sexe est entièrement décalotté, il s’agit de la partie inférieure de la bordure du gland.
La couronne perlée va montrer des lésions d’une couleur sensiblement identique à la peau, ou vous pourrez retrouver des taches blanchâtres. Ces symptômes sont répartis de façon régulière. Les spécialistes confirment qu'il est possible d'avoir un aspect corné de la couronne perlée du gland, mais cela reste relativement rare.

Est-ce que la couronne perlée peut toucher les femmes ?

La réponse est positive. On ne parlera pas de couronne perlée du gland, mais de la couronne perlée de la vulve. Toutefois, ce nom est assez étrange, alors les scientifiques ont opté pour une version plus académique : la papillomatose physiologique.

Qu’est-ce qui cause la formation d’une couronne perlée ?

On la retrouve à un moment précis de la vie, généralement après la puberté.
L’inflammation physiologique reste, encore à l’heure actuelle, l’objet de plusieurs recherches pour les scientifiques. Aucune cause spécifique n’a été définie à ce jour. La couronne perlée pourrait se former grâce à l’abondance des hormones qui intervient à ce moment de la vie d’un homme.

Est-ce grave docteur ? Si oui, quel est le traitement pour la couronne perlée du gland ?

Il ne s’agit que d’une pathologie. C’est une réaction physique qui a lieu au moment de la puberté, très probablement grâce à la forte abondance des hormones à ce moment-là. Ce n'est pas une maladie à proprement parler.
Il n’est pas nécessaire d’utiliser un traitement. De toute façon, aucun traitement n’existe !
La pathologie va partir naturellement, avec le temps. Il n’y a aucune inquiétude majeure à avoir.

Être vigilant et ne pas confondre la couronne perlée avec les condylomes

Les médecins généralistes peuvent réaliser une inspection de votre gland et conclure à des condylomes. Ce ne sont pas les mêmes choses. Les condylomes font partie d’une infection sexuellement transmissible, ce qui n’est pas le cas pour la couronne perlée du gland.
Comment trouver la ou les différences entre les deux pathologies ? La couronne perlée du gland possède des lésions régulières. Elles sont toutes de la même taille et se trouvent bien sous la bordure du gland. Au contraire des condylomes qui ont des lésions irrégulières.

Quelle est l’évolution possible de la couronne perlée du gland ? Faut-il la retirer quand on est concerné par cette pathologie ?

Les lésions qui se trouvent sous la bordure du gland ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Avec le temps, elles peuvent s’atténuer…
Le retrait de la couronne perlée du gland n’est pas obligatoire. Étant donné qu’il ne s’agit que d’une pathologie bénigne, il n’est pas nécessaire de le faire.
Les patients qui pratiquent cette manipulation le font uniquement pour des raisons esthétiques. C’est souvent le cas quand ils ressentent des complexes par rapport l’aspect physique.
La suppression de la couronne perlée du gland va se faire très facilement. Deux méthodes d’élimination sont possibles, avec l’électrocoagulation ou le laser. Bien évidemment, l’homme ne ressent aucune douleur puisque tout est réalisé sous une anesthésie locale.

Quelles sont les conséquences de la couronne perlée du gland pour les rapports intimes ?

La couronne perlée du gland n’est pas contagieuse. Elle n’aura aucune incidence à l’intérieur des rapports sexuels. Pour les personnes qui sont inquiètes, il est important de connaître la couronne perlée du gland, pour rassurer son couple. Il n’est pas utile de penser à une infection sexuellement transmissible.

Est-ce qu’il s’agit d’un phénomène fréquent chez les hommes ?

À l’heure actuelle, peu d’informations à ce sujet sont présentes. On pourrait penser que peu d’hommes sont concernés. Le motif de consultation devient fréquent dès lors qu’il y a une gêne qui s’installe ou que le patient ressent un complexe plus ou moins important.

Martin Lavoisier
 

Martin Lavoisier est responsable de la publication de Lacliniquedupenis.fr, il est spécialiste des questions de santé intime et de sexualité.