Problèmes d’érection : les causes et les solutions

Les troubles de l’érection touchent un grand nombre d’hommes. Empêchant une vie sexuelle épanouie, ils provoquent des mésententes dans les couples et génèrent une mauvaise image de soi. Les causes, physiologiques ou psychiques, en sont variées et souvent bien connues. Il existe cependant des solutions adaptées pour combattre les problèmes d’érection.

Le mécanisme de l’érection

C’est le cerveau qui commande le phénomène de l’érection. Son déclenchement est produit par une stimulation, dont l’origine peut mobiliser tous les sens. Ces signaux d’excitation sont véhiculés par une partie du système nerveux et passent par la moelle épinière. Des érections nocturnes sont également constatées, notamment au cours de la phase paradoxale du sommeil.

Le stimulus sexuel entraîne une réaction spécifique des nerfs érecteurs. Elle conduit au relâchement de certains muscles lisses du pénis et à un afflux sanguin. C’est alors que le sang va remplir les structures spongieuses des muscles du pénis, et provoquer un début d’érection. Cette phase, durant laquelle la verge augmente de volume, est appelée la tumescence.

L’érection proprement dite, et son maintien, résulte d’un autre phénomène. En effet, le retour du sang, assuré par les veines péniennes, est empêché par leur compression. C’est elle qui déclenche l’érection.

Qu’est-ce qu’un problème d’érection?

Les problèmes ou troubles de l’érection surviennent quand la personne concernée ne parvient pas à provoquer ou à maintenir une érection qui lui permette d’avoir une relation sexuelle satisfaisante.

On ne peut parler de dysfonction érectile que quand le phénomène est durable et se produit durant plusieurs mois consécutifs. Elle n’a donc rien à voir avec ce qu’il est convenu d’appeler une panne sexuelle.

Les problèmes d’érection peuvent affecter tous les hommes, quel que soit leur âge. À partir de la cinquantaine, ils tendent cependant à devenir plus fréquents.

On estime que le phénomène touche environ un homme dur dix. Ce problème est d’autant plus préoccupant qu’il est encore tabou. En effet, beaucoup d’hommes n’osent pas en parler à leur médecin.

Les causes

Une origine organique

Les troubles de l’érection peuvent avoir une origine organique. Dans ce cas, les hommes de plus de 50 ans sont plus souvent concernés. Cette origine peut se présumer si, dans toutes les circonstances, plus aucune érection n’est possible.

Compte tenu du mécanisme de l’érection, on comprend que les affections ou les habitudes de vie qui peuvent endommager les artères puissent être responsables d’une dysfonction érectile. C’est le cas de l’athérosclérose, qui durcit les artères, ou de l’hypertension artérielle. Cette affection est due pour une bonne part à un taux de cholestérol trop élevé, qui peut donc jouer un rôle notable dans les difficultés d’érection.

Une atteinte neurologique

Les troubles de l’érection peuvent également être dues à une atteinte neurologique. Une sclérose en plaques ou un accident vasculaire cérébral entraînent souvent de tels problèmes. C’est encore le cas de l’épilepsie ou de la maladie de Parkinson. Avec l’âge, une moindre production de testostérone peut également affecter les érections. On observe également qu’une proportion notable parmi les hommes atteints d’insuffisance rénale souffre de troubles de l’érection.

Les suites de certaines opérations, comme celles nécessitées par le traitement du cancer de la prostate, peuvent aussi se traduire par des problèmes d’érection. En effet, au moment de l’ablation de la prostate, les nerfs responsables de l’érection, qui en sont très proches, sont souvent endommagés. D’autres interventions chirurgicales, au niveau de la vessie par exemple, peuvent limiter les érections. Le diabète et l’obésité ont également des effets néfastes.

Consommation de tabac ou de drogues

De son côté, la consommation de tabac peut gêner l’érection. Le tabac favorise en effet l’hypertension et le dépôt des plaques de graisse sur les parois des artères. Quant à l’alcool, il contribue à faire baisser le taux de testostérone. La consommation de certaines drogues a d’ailleurs les mêmes effets.

Prise de médicaments

Enfin, la prise de certains médicaments peut provoquer des troubles de l’érection. C’est notamment le cas des médicaments prescrits pour le traitement de l’hypertension, de la dépression ou encore des ulcères de l’estomac.

Difficultés psychologiques

Les problèmes d’érection peuvent aussi trouver leurs causes, et notamment pour les hommes plus jeunes, dans des difficultés psychologiques. Cette origine psychique peut apparaître comme la plus fondée si certaines érections, notamment au cours de la nuit, surviennent encore.

Ces difficultés psychologiques peuvent concerner la personne qui ressent les troubles. Un état d’anxiété, ou d’angoisse, peut ainsi entraîner une inhibition sexuelle. Certains hommes se persuadent aussi qu’ils ne parviendront pas à satisfaire leur partenaire. Cette angoisse de la “performance” a un effet paralysant et peut empêcher une érection normale. Le stress, lié à un travail prenant et à un rythme de vie trépidant, peut entraîner les mêmes difficultés, surtout si, à la longue, il se transforme en dépression. La pression sociale, fondée sur une culture de la performance, peut créer un complexe d’infériorité chez certains hommes et inhiber les manifestations de leur virilité. Enfin, une identité sexuelle mal définie, et peu assumée, peut avoir les mêmes conséquences.

Des relations conflictuelles, dans le couple notamment, peuvent avoir des répercussions sur la qualité de l’érection. La baisse du désir, chez un des partenaires, ou les difficultés rencontrées lors d’une relation précédente, peuvent ajouter leurs effets néfastes. À la suite d’une rupture, ou même du décès de l’épouse, il sera sans doute encore plus malaisé d’avoir des érections satisfaisantes et de mener une vie sexuelle épanouie.

Dans de nombreux cas, cependant, origines physiologiques et causes psychologiques sont mêlées. Ces dernières peuvent d’ailleurs aggraver l’atteinte physique ou retarder sa cure.

Les solutions pour lutter contre les troubles de l’érection

Elles sont nombreuses et dépendent des personnes concernées, ainsi que des causes et de la nature des troubles.

Une meilleure hygiène de vie

Si leur origine est psychologique, il peut parfois suffire, pour résoudre le problème, de surveiller son hygiène de vie. Une alimentation saine, la pratique d’un sport ou l’arrêt du tabac peuvent avoir un effet notable sur les troubles de l’érection.

Consulter un sexologue

Dans le même temps, la consultation d’un sexologue peut s’avérer utile. Il importe d’abord de bien choisir ce professionnel, et de vérifier qu’il possède un diplôme reconnu. Certains sexologues sont médecins, ce qui peut aussi orienter votre choix. Le simple fait de pouvoir parler de ces problèmes délicats à une personne compétente peut vous aider à surmonter vos difficultés.

Les sexologues proposent à leurs patients des thérapies diverses, qui peuvent d’ailleurs se pratiquer en couple. Certains recourent à la psychanalyse, d’autres font confiance à l’hypnose ou à des méthodes de relaxation. Les thérapies comportementales, qui ont fait leurs preuves, peuvent également s’avérer efficaces.

Certains hommes font confiance à des pratiques médicales moins officielles. Des études signalent l’efficacité, sur certains patients, des séances d’acupuncture. Des traitements à base de plantes, et notamment de ginseng, pourraient avoir également un certain effet sur les troubles de l’érection.

Les traitements possibles

Si le trouble de l’érection a plutôt une origine organique, de nombreux traitements peuvent lui être appliqués. Certains médicaments permettent ainsi d’accroître le volume de sang dans les muscles péniens, favorisant ainsi l’érection. leur efficacité est cependant conditionnée par la présence d’une stimulation sexuelle. Par ailleurs, la prise de ces médicaments doit être entourée de précautions. Les personnes ayant des problèmes cardiaques doivent notamment subir un examen de santé complet avant d’être autorisées à les prendre. Il convient également de surveiller les effets secondaires, qui peuvent affecter la vue ou la digestion. Un traitement hormonal est également possible. À base de testostérone, il peut stimuler le désir sexuel et vitalise les muscles. La prescription ne doit cependant s’étendre qu’à une période limitée, et doit être suivie de près par un médecin.

Il existe aussi un traitement local. Il consiste à injecter dans le pénis des substances susceptibles de provoquer une érection satisfaisante. Malgré les appréhensions que le patient peut éprouver, la piqûre n’est pas douloureuse. La solution peut même être injectée au moyen de stylos spéciaux que le patient actionne lui-même. Elle doit être prescrite par un médecin.

Les compléments alimentaires

Des compléments alimentaires comme Male Extra, vendus sous la forme de gélules. Celles-ci contiennent sept composants, tous naturels, et qui ont chacun des vertus thérapeutiques pour permettre une meilleure irrigation de la verge, favorisant ainsi l’érection.

Des moyens mécaniques

Des moyens mécaniques peuvent enfin permettre aux personnes concernées d’avoir des érections satisfaisantes. Il est ainsi possible d’installer sur la verge une pompe, dont l’action consiste à aspirer suffisamment de sang pour provoquer une érection ou encore un extenseur de pénis. Certains dispositifs, sous forme d’élastique ou d’anneau, sont placés à la base de la verge pour empêcher le sang de refluer.

La chirurgie

Les personnes souffrant de troubles de l’érection peuvent également recourir à la chirurgie. Il s’agit alors de leur implanter une prothèse pénienne. Avant d’envisager cet acte chirurgical, qui reste lourd, il est préférable de tenter les autres traitements. L’opération n’est recommandée que s’ils échouent ou si l’état de santé du patient lui interdit la prise de certains médicaments. Cette décision doit être mûrement réfléchie, concertée avec le praticien et l’entourage, et finalement prise par le patient en toute connaissance de cause.

Il existe plusieurs sortes de prothèses. Si le patient choisit une prothèse malléable, ou semi-rigide, le chirurgien implante dans le pénis des cylindres en silicone. La texture spécifique du matériau permettra, par une simple manipulation manuelle, de donner à la verge la rigidité nécessaire, et de la maintenir. Le choix d’une telle prothèse comporte des avantages. Elle nécessite une opération moins lourde et son emploi est très simple. Par contre, lorsqu’elle est abaissée, la verge ne se trouve pas toujours dans une position comparable à son état de repos naturel. D’où une impression, parfois un peu pénible, de demi érection permanente.

D’autres modèles de prothèses, dites gonflables, offrent un plus grand confort. Pour la poser, le chirurgien place deux cylindres en silicone dans le pénis. Ils sont reliés à une petite pompe, disposée entre les deux testicules. Enfin, un réservoir de sérum physiologique est installé dans l’abdomen. Pour déclencher une érection, le patient doit presser la pompe, entraînant alors l’afflux du liquide qui, partant du réservoir abdominal, remplit les cylindres placés dans la verge. C’est cet afflux de liquide qui provoque l’érection souhaitée. Cette prothèse permet également de mieux préserver l’aspect extérieur du pénis.

Ces prothèses péniennes, qui ont une durée de vie d’environ 10 ans, restent des dispositifs internes, invisibles à la vue. Les interventions chirurgicales nécessaires à leur installation se traduisent, en général, par des taux de complications très faibles. Par ailleurs, une grande majorité des patients équipés de prothèses s’en déclarent satisfaits. Il est à noter que ces dispositifs sont pris en charge par l’assurance maladie, s’ils sont prescrits dans le cadre d’une pathologie grave.

Problèmes d’érection : les causes et les solutions
3.9 (78.33%) 12 vote[s]